Le Barça un peu plus dans la tourmente. L’enquête concernant le scandale arbitral impliquant le FC Barcelone a franchi une nouvelle étape avec la perquisition menée dans les locaux de l’autorité espagnole de l’arbitrage, situés au sein de la Fédération espagnole.

Dans cette affaire, le Barça s’expose à des conséquences graves, allant jusqu’à une éventuelle dissolution. Le tribunal de Barcelone en charge de l’affaire a décidé d’ordonner cette perquisition au siège du Comité technique des arbitres, situé à Las Rozas, près de Madrid. Le juge barcelonais, Joaquín Aguirre, a accusé le FC Barcelone ainsi que deux de ses anciens présidents, Sandro Rosell et Josep Maria Bartomeu, de délit de corruption. Depuis mars, José Maria Enriquez Negreira et son fils ont également été inculpés de « corruption » dans cette affaire. Selon le journal britannique The Telegraph, en cas de culpabilité, ils encourent tous une peine de trois à six ans de prison.

Sur le volet pénal, les sanctions à l’encontre du Barça pourraient aller de la suspension de ses activités jusqu’à une dissolution complète de l’entité en tant qu’entreprise. Cette dernière hypothèse placerait très probablement le Barça dans une situation de faillite.

Javier Tebas, le président de la Liga espagnole, avait précédemment expliqué en avril dernier que sur le plan sportif, les faits étaient prescrits, empêchant toute action. Mais que sur le plan pénal, des mesures plus sévères étaient envisageables. La Liga s’est d’ailleurs portée partie civile dans cette affaire.

Write A Comment

google News