Les droits TV de la Ligue 1 continuent leur feuilleton. Désormais, l’Etat français s’en mêle.

Le bras de fer entre Canal+/beIN Sports et la LFP se poursuit. Canal + ne diffusera pas (pour le moment) les deux affiches de la prochaine saison et Be In Sports refuse de payer le premier versement de 7,5 M€ du contrat de 30 M€ par an pour la L2 (le 1er juillet dernier).

Une situation compliquée pour la LFP, d’autant que beIN Sports devrait aussi refuse de payer le premier versement de 55 M€ du contrat annuel de 332 M€ pour la L1.

publicité

Selon l’Équipe, l’entourage du président Emmanuel Macron s’est mêlé du dossier et tenté de recadrer les deux chaines. « Canal+ et beIN ont pris des engagements contractuels qui n’ont pas vocation à être revus. Nous sommes assez surpris de cette attitude. On ne révise pas le prix des contrats en fonction des contextes quand aucune clause ne le prévoit. Il n’y aura aucune mansuétude de notre part à l’égard de ces acteurs s’ils ne respectent pas leur contrat ».

« Cela a des effets sur les clubs. On ne peut pas laisser cette situation perdurer avec, tous les six mois, des gens qui se croient autorisés à ne pas appliquer les contrats qui les lient à la Ligue », déclare-t-on du côté de l’Élysée.

Canal+ et beIN Sports sont notamment en colère en raison du tarif payé par Amazon pour les droits de la Ligue 1, qui seraient selon eux sous évalués.

publicité
0 Partages
Author