Christophe Galtier, le coach du LOSC, n’est pas vraiment fan de la jeune génération de footballeurs.

Christophe Galtier n’a pas sa langue dans sa poche. Il dit les choses et a encore fait preuve de caractère dans une interview à La Voix des Sports.

Généralement, quand tu passais la porte du coach, ta tête était coupée en deux », dit-il en se rappelant de son passé de joueur. « Tu vas jouer avec la réserve, tu vas faire sept heures de bus. Ou demain, tu vas faire entraînement sans ballon. C’était ça à l’époque. Aujourd’hui, si tu dis ça à un joueur, tu as l’avocat qui arrive… »

Galtier a aussi évoqué l’évolution du rôle d’entraîneur. « C’est l’environnement du joueur qui a évolué, automatiquement dans le management on doit tenir compte de l’environnement du joueur », confie Galtier. « Quand nous on a démarré, on jouait pour un club, il n’y avait pas la notion de profit, ce joueur là a une valeur marchande. On était uniquement sur le résultat purement sportif. Aujourd’hui, c’est devenu autre chose le football, c’est du business, tout a changé. »

« Le footballeur est devenu un athlète »

Le jeu, la tactique aussi, ont changé. « Mais le jeu aussi a changé, on évolue tout le temps. On est sur une recherche permanente : comment on ressort le ballon ? comment on attaque ? A l’époque moi j’ai connu beaucoup d’entraîneurs qui cherchaient à empêcher de jouer l’adversaire, aujourd’hui on cherche à poser des problèmes à l’adversaire pour aller marquer des buts », a-t-il déclaré.

« Les matchs sont d’une intensité incroyable, le footballeur est devenu un athlète. Il y a des joueurs dont je tairai les noms avec qui j’ai joués, qui ne pourraient pas faire la carrière qu’ils ont faite, car il faut être au top physiquement aujourd’hui », estime-t-il.

Author

Write A Comment

google News